UNE CORRUPTION TRIPARTITE ACTIVE A SONATRACH (acte 2)

Publié le par sonatrach

 

La suite sur l’active corruption tripartite en cours dans les satanés centres de formation de sonatrach, ceux gérés obscurément par son syndicat maison, sera axée sur les activités exclusives desdits centres qui forment maintenant des Ingénieurs d’Affaires !

 

Cette néfaste situation n’est qu’une de plus dans le cumul des activités interdites des carriéristes du syndicat maison, les associés du clan LAMOURI et Consorts, des arrivistes autorisés par la direction générale de l’entreprise à détruire la sonatrach.

 

Pour cela, le syndicat national Sonatrach - UGTA (syndicat maison) changea de vocation, il est devenu gestionnaire, alors que sa raison d’être est : La défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs qui l’ont vu être obscurément élu ?

 

LES DEVIATIONS DE SONATRACH DANS CE GACHIS FORMATIF :

 

1) l’entreprise a fournit de GRANDS budgets incontrôlables à son syndicat pour lui permettre de gérer dans le désordre ces satanés centres de formation sans agréments obligatoires (des détournements et dilapidations ont eu lieu, ils furent même permis)

 

2) l’entreprise à fournit et construit à son syndicat maison des centres de formation implantées dans plusieurs sites à forte population sonatrach (7 centres)

 

3) une soixantaine (60) d’agents de différentes structures de sonatrach continu d’être détachée pour la gestion de ces satanés centres dans la gabegie la plus totale.

 

4) sonatrach, le CNEPD et l’ONEFD et le syndicat maison savent bien que les professeurs pour les cours d’enseignement dans ces hybrides centres sont choisis et payés par LAMOURI et Consorts, alors qu’ils devaient appartenir aux dits parraineurs de formation, une avérée corruption tripartite active à sonatrach voulue en continu !

 

LES DEVIATIONS CONSTATEES DANS LA NOTE DE LAMOURI :

 

1) la note devait être transmise par un directeur désigné sur décision des tutelles concernées pour l’enseignement général et professionnel des centres cédés au syndicat

 

2) il n’a pas à adresser sa note aux secrétaires généraux des syndicats d’entreprises du secteur par ce qu’il n’est pas leur hiérarchie directe (c’est la FNTPGC)

 

3) les textes de lois exigent que ce soit les organismes d’état de formation à distance qui s’occupent des inscriptions, il n y a pas d’intermédiaires pour le CNEPD comme pour l’ONEFD, aucune tolérance n’est admise dans ce contexte d’inscription

 

4) les conventions de parrainage sont passées avec ces organismes de formation juste pour permettre aux élèves inscrits aux satanés centres de formation gérés par le syndicat maison, de passer les examens de formation diplômante et qualifiante pour chaque cycle

 

5) le rôle d’intermédiaire illégal joué par le syndicat maison est largement exprimé dans le dernier passage de la note de LAMOURI (le nouveau Recteur de l’université de SH)

6) les sections syndicales sont sommées de contrôler le dossier de l’élève et de ne donner le visa d’inscription qu’aux enfants de travailleurs adhérents UGTA (exigence de la carte syndicale de l’exercice en cours comme indiqué dans la fiche d’inscription insérée), un grave fait insolite, car à sonatrach le syndicat maison depuis son existence représente aussi les travailleurs non adhérents UGTA, parce qu’il est unique et inique

 

7) LAMOURI n’a pas de hiérarchie syndicale, il ne rend destinataire personne ni à titre d’information pour l’entreprise, ni à titre de compte rendu pour la FNTPGC-UGTA

 

8) la malice de LAMOURI et ses complices : Ne pas faire figurer dans sa note les montants des frais d’inscription, alors que c’est une obligation pour un directeur de centres (la tarification pour les fils d’agents SH diffère de celle des nombreux élèves extra sonatrach, pour ne pas rendre compte de sa comptabilité à qui que ce soit !)

9) pour le titre de la formation,cycle d’Ingénieur d’Affaire destinée logiquement pour les étudiants issus de la formation académique et professionnelle (BTS, DEUA, Bac+3 en sciences de gestion, informatique de gestion), LAMOURI ne fournit aucune information !

Une petite précision sur les cours du soir dans ces diaboliques centres, ces cours du soir n’existent plus depuis des années, alors que lesdits centres sont logiquement construits pour les agents de l’entreprise sonatrach en priorité ! Mystère absolu.

 

Avec cette anarchie et la diversification des tentantes spécialités offertes, ces centres sont sollicités par beaucoup d’ayants droit du sonatrach et extra en déperdition scolaire, suite au manque de places pédagogiques dans les infrastructures de formation d’Etat.

 

Ces impurs centres de déformation n’arrivent parfois pas à satisfaire la demande sans cesse croissante des ayants droit d’agents sonatrach et du groupe, une mystérieuse situation que seule une enquête pourra en dénicher les secrets d’arnaque syndicale qui continue de sévir dans la gestion des flouss de sonatrach, l’alibi utilisé par le syndicat maison pour arriver à gérer ainsi ces hétéroclites centres de déformation reste flou.

 

LIEUX D’IMPLANTATION :

 

Les centres gérés par le syndicat maison sont implantés là ou se trouve une grande population sonatrach. Les centres d’Alger sont au nombre de trois répartis pour l’enseignement général, l’enseignement technique et de gestion, environ une capacité globale de 3000 places pédagogiques dont le plus peuplé est celui du Val d’Hydra qui compte à lui seul environ 1800 places.

 

- Le centre de Biskra possède une capacité de 130 places (fermé)

 

- Le centre de SKIKDA possède une capacité de 80 places (fermé)

 

- Le centre d’Oran possède une capacité de 300 places

 

- Le centre d’ARZEW possède une capacité de 120 places

 

- Le centre de Boumerdes, possède une capacité de 250 places (fermé)

 

- Le petit centre de formation de Hassi Messaoud situé à l’intérieur de la cité Aissat Idir de Sonatrach possède une capacité de 150 places (fermé)

 

- Pour le nouveau centre de Hassi Messaoud pour environ 300 places (fermé), son histoire est machiavélique. C’est un projet concrétisé par les moyens de la direction générale sonatrach, de la direction des œuvres sociales et de la division production sonatrach Hassi Messaoud. Il a été suivi par le patron du syndicat maison (l’ex S/G de la FNTPGC, M. BENAZOUZ, humilié et évincé en 2009)

 

Lancé en 1996 et opérationnel en 2000, le centre a fermé ses portes aux élèves du sud en 2005 pour manque d’agrément. LE COUT GLOBAL DU CENTRE DE FORMATION CLE EN MAIN EST REVENU A ENVIRON : 25 Milliards de centimes …?!?!?

 

A partir des fonds dégagés par la DG pour le fonctionnement et la gestion desdits centres, le syndicat maison s’est permis avec la bénédiction de sonatrach, de la tutelle et de l’UGTA, l’utilisation de l’argent de la formation pour le montage frauduleux d’une société par actions : SPA EMS El FETH sise à Hassi Messaoud spécialisée dans les pillages et la sous-traitance des êtres humains.

 

Dans le centre de Hassi Messaoud, l’atelier d’apprentissage de couture - broderie pour les élèves a été transformé à l’époque par le souverain BENAZZOUZ PDG de l’EMS, en atelier de confection des vêtements de protection individuelle de travail pour sa société et pour la vente à d’autres entreprises de sous-traitance au sud (bleus de travail, combinaisons, draps, serviettes, oreillers, etc., des charges considérables furent imputées sur la formation au lieu de l’être sur la société du syndicat maison, l’EMS.

 

Pourquoi ce lourd investissement de sonatrach est cloué depuis 2005 ? Nul ne le sait pour le moment ni à la DG, ni à l’UGTA, ni à SH DP HMD… ? BENAZOUZ le sait.

 

Cependant une armada de personnel continu d’être détaché pour les besoins de ce centre fermé, les détails sont :

 

- BENAZZOUZ Mohamed directeur du centre (agent OSL/HMD)

 

- Un adjoint directeur (agent de la DG Alger) licencié en économie

 

- Un gestionnaire PPL (ingénieur en économie pétrolière agent de la DG/SH Alger)

 

- Un gestionnaire administratif (agent DOS – Hassi Messaoud)

 

- Un confident chauffeur (Agent DOS/HMD)

 

- Un second confident chauffeur (agent ACT/Alger)

 

Il est bizarre que des agents sonatrach soient détachés depuis les années 90 sans décision de détachement ! Malgré que le centre est fermé, ils continuent d’y séjourner, de vrais chanceux gâtés par le syndicat maison et la direction générale sonatrach.

 

Il parait que BENAZOUZ continue de tirer profit de ce centre par la location, une diabolique astuce. Il loua le centre par une convention obscure entre sa direction et la SPA EMS et à son tour, cette dernière procède à la sous location du centre par convention avec d’autres prestataires particuliers et publics pour des formations cycliques de perfectionnement, séminaires de courte et longue durée pour Naftogaz, Naftal, etc…la liste est longue.

 

Responsables rentiers du syndicat maison, est ceci la formation diplômante, qualifiante et d’Etat pour les travailleurs et leurs ayants droit ...???

 

To be continued…

 

Commenter cet article