Tassili Airlines à la loupe

Publié le par sonatrach

Une vingtaine de marchés ont été octroyés de gré à gré :

 

De la formation aéronautique à l’hébergement du personnel navigant en passant par la connexion à internet, Tassili Airlines a souvent eu recours au gré à gré. Malgré ses dernières acquisitions, lacompagnie n’arrive toujours pas à répondre aux besoins en transport des personnels pétrolier et parapétrolier du groupe Sonatrach. L’exception devient-elle la règle à Tassili Airlines ?

Le recours au gré à gré dans la passation des marchés publics est tellement fréquent qu’il suscite moult interrogations. Au cours de ces deux dernières années, cette compagnie aérienne, dont les actions sontentièrement détenues par le groupe Sonatrach, a octroyé une vingtaine de marchés de gré à gré. En réponse à une note d’urgence envoyée par le ministère de l’Energie et des Mines, la direction deTassili Airlines a bien établi une liste des contrats conclus de gré à gré au cours de l’année 2009.

Une liste dont nous détenons une copie. Ainsi, l’on trouve toute sorte de marchés, de laformation aéronautique à l’hébergement du personnel navigant en passant par la connexion à internet. Le montant des marchés varie en fonction de l’importance des réalisations et de la durée ducontrat signé.

 

 

En février 2009, la compagnie octroie un marché d’une valeur minimale de 5,2 millions de dinars à un provider privé en partenariat avec Algérie Télécom pour un abonnement annuel à internet. La raison invoquée pour justifier un tel choix est que « ces deux sociétés seulement sont présentes sur ce marché. Et le choix s’est effectué sur la base du moins disant pour pouvoir interconnecter les sites aéroportuaires et le siège social ». En mars 2009, Tassili Airlines conclut un marché de coopération pédagogique en matière de formation aéronautique avec Aurès Aviation, pour une durée de deux ans, pour un montant de 22 302 500 DA. Le motif du recours au gré à gré, tel que souligné par la compagnie, est que Aurès Aviation est « le seul organisme ayant l’agrément de la direction de l’aviation civile et de la météorologie ».

 

En avril 2009, Tassili signe un contrat avec un hôtel pour l’hébergement et la restauration de son personnel navigant à Hassi Messaoud, arguant qu’« il est le seul organisme hôtelier répondant aux normes d’hébergement du personnel navigant ». Est-ce vrai ? Les habitants de Hassi Messaoud ont certainement la bonne réponse. Aussi, en juillet de la même année, Tassili s’offre les services du cabinet international d’avocats conseils Curtis, signant avec lui un contrat d’une année renouvelable. La compagnie motive son choix par le fait que ce cabinet est déjà conventionné avec le groupe Sonatrach. Le cabinet Curtis est en effet désigné pour mener les négociations avec Boeing, qui va fournir à Tassili Airlines quatre avions de 150 sièges pour un montant de 228,49 millions de

dollars.

 

Boeing, qui a gagné le marché en octobre 2008 devant son principal concurrent Airbus, ainsi que Super Jet International, Embraer, Mitsubishi Aircraft et Bombardier, s’est, a-t-on appris de source très au fait du dossier, montré disposé à négocier et à revoir avec Tassili Airlines les détails de cette offre sans recourir aux services d’un cabinet d’avocats très coûteux. Dans son contrat conclu avec Tassili, le cabinet Curtis applique un tarif journalier de 40 000 dollars. En septembre 2009, un autre marché d’une valeur de 400 000 euros a été conclu avec Flight Safety pour la formation de techniciens en simulateur sur l’appareil Bombardier Dash-8 Q400/200. Une formation d’une durée de quatre mois. Pour Tassili, il s’agit du seul organisme ayant déjà assuré la formation du personnel navigant et technique de la compagnie sur le même type d’appareil.

 

En novembre, la compagnie recourt à un autre marché de gré à gré. Cette fois, c’est pour remplacer le provider Eepad, défaillant en raison de son conflit avec Algérie Télécom. Le montant annuel du marché est de 200 000 DA. Tassili parle ainsi d’« une solution urgente de secours à travers un prestataire autre qu’Algérie Télécom pour éviter les coupures et bénéficier de la redondance ». Un mois auparavant, en octobre, la compagnie avait lancé une consultation restreinte relative à l’hébergement d’un système d’analyse des données de vol. Lors de cette consultation, l’offre commerciale d’un des soumissionnaires avait été modifiée en pleine séance.

 

 

L’offre modifiée…

 

Pour le chargé de la communication de Tassili Airlines, Karim Bahar, que nous avons rencontré, il n’y a pas le feu. « Un des quatre soumissionnaires avait proposé une offre en deux étapes. Une offre pour la première année, une autre applicable à partir de la deuxième. Lors de l’ouverture des plis, on lui a demandé d’effectuer une seule offre. Ce qui a été faite séance tenante, en présence des représentants des autres soumissionnaires qui n’ont nullement protesté. Car l’opération a été effectuée selon la réglementation en vigueur en matière de consultation restreinte », précise M. Bahar, assurant que tous ces marchés susmentionnés ont été octroyés dans « le strict respect de la procédure ». « L’ensemble des marchés que nous avons évoqué ont été attribués conformément au code de passation des marchés publics et à la directive commerciale A408 R15 du groupe Sonatrach. » La direction de Tassili se défend ainsi et affirme n’avoir « jamais privilégié une quelconque entreprise au détriment d’une autre dans l’octroi de marchés ».

 

Le gré à gré n’a pas commencé en 2009 à Tassili Airlines mais avant. Ainsi, en 2008 par exemple, Tassili a donné le marché de construction d’un nouveau centre de maintenance de ses aéronefs, composé de deux bâtiments, à une entreprise canadienne (Teknika HBA) pour un montant global de près de 20 millions de dollars.

 

Le contrôle technique a été confié, quant à lui, à une entreprise algérienne dénommée Soceter. Ce centre a été inauguré par le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, en janvier dernier, lequel a assuré que ce hangar d’une longueur de 77,41 m et d’une hauteur de 17,68 m « répond aux exigences réglementaires de la direction de l’aviation civile et de l’IATA ». La construction de cette nouvelle base de maintenance a été critiquée par le PDG d’Air Algérie, Wahid Bouabdallah, qui, dans l’une de ses sorties médiatiques en mai 2009, l’avait qualifiée de « caduque sur le plan économique » en raison d’une base autrement plus importante qui a coûté la bagatelle de 200 millions de dollars à Air Algérie. « Ce que fait Tassili Airlines, c’est de la gabegie et une dilapidation criante de deniers de l’Etat »,

 

Commenter cet article

wes 06/06/2011 10:59


http://sonatrach.forum-box.com

107 membres inscrits, 2630 visiteurs différents, 36224 pages vues sur le "Forum des khadamines de Sonatrach" !

Les sujets du jour :

- Retraité ENSP : prime compensatoire
- Mutation : Gassi Touil

Les sujets les plus visités et les plus commentés :

- Prime 2011
- Augmentation
- Nouveau Système de Rémunération
- Les promotions sont gelées ?
- Résultats explosifs pour l’enquête sur le climat social à Sonatrach

Rejoignez-nous vous aussi pour apporter votre point de vue et créer un sujet qui vous tient à cœur.

http://sonatrach.forum-box.com


sentence 04/04/2011 16:23


toi tu as oublié que tu te sers de la direction des finances comme tu veux. c'esr normal; être sous directeur de la trésorerie et secratire général du syndicat, tout est permis. ya nharkoum ya wlad
halla


SOS Tassili Airlines 09/09/2010 19:19


Ceci est un message pour les sages de ce groupe ces travailleurs, cadres et cadres sup du premier groupe pétrolier d'Afrique qui possède la deuxième compagnie aérienne d'Algérie l'heure est
grave.

Le mal de Tassili Airlines a commencé le jour où le raté Rezaigia a pris les commandes de ce fleuron de l’aviation civile sans pour autant connaître les rouages d’un domaine tant spécial que pointu
et très organisé par des organismes mondiaux tel que l’OACI et l’IATA mais voila ces jour devenus quantifiable il commença a miner cette jeune entreprise de plus de 700 employés. Ça dernière
trouvaille est de bourrer notre chère compagnie avec un recrutement de petit diables tous ayant des relation très proches de Sonatrach (Ce personnage lors de l’acquisition par TAL des Q400 et Q200
avait refusé une offre faite par les canadiens de donner à TAL des Q300 (50 places) à la place des Q200 (37 Places) au même prix et immédiatement livrable !!!!! « Q200 Avion moins rentable au monde
et chaîne de production ré ouverte pour Tassili ».

Entre autre nous verront la venue d’un minus de 27 ans s’appelant par hasard Cherouati Adil comme Directeur Commerciale (sans bourse d’emploi bien sur) se disant intouchable, proche de l’actuel
P-DG et fils d’un diplomate (Cote d’ivoire) donc au dessus des lois de la République Algérienne Démocratique et Populaire. L’alibi trouvé pour injecter ce virus à Tassili Airlines est le fait que
TAL avait un DC ayant pas réussi a installer un système de réservation pour lancer les vols réguliers grand public et parce que notre génie avait de l’expérience (il a vendu des champoings chez
l’Oréal et fait une étude de vente à bord à Air France qui à échouer d’ailleurs) mais voilà qu’après deux ans et demi RIEN N’A ETE FAIT et pour cacher cet échec une opération TRES DANGEUREUSE et
TRES DIABOLIQUE est entrain d’être munie et en très grande vitesse pour faire couler Tassili Airlines tout en prenant l’allure d’un astre scintillant… .

Vous savez bien que Tassili Airlines a acquis quatre boeing 737/800 d’une valeur de plus de 260 000 000 $ que ce Directeur Commercial devra placer à partir de Mars 2011, mais voilà RIEN N’EST PRET
aucune formation du personnel de la Commerciale et aucun système de réservation n’est installé et même bien pire, ça politique de terreur et de division à la commerciale à donner lieu à une série
de mutation (5/15), de démissions (2/15) et de fin de contrat abusif (1/15) et les autres sont à suivre. Mais pire le recrutement catastrophique de ce commis à donner lieu à une pistonnée percevant
un salaire sans venir travailler, mais aussi à des connaissances ayant pour seul travail le REPORTING au DC de ce qui se passe aux bureaux ; Alors sa dernière idée est de louer (brader) ces avions
à Air Algérie tous neuf et avec la formule ACMI (Aircraft – Crew – Mintenance & Insurance) « clés en main) au lieu de servir le secteur pétrolier et para pétrolier pour que le personnel SH et
autres en finissent avec les retards et autres malversations d’Air Algérie . Souhaitant ainsi ouvrir une brèche à cette dernière afin de récupérer TAL lui qui ce dit venir à Tassili pour mission («
mercenaire » c’est normale il a vécu en cote d’ivoire).

Prière Messieurs faite attention et arrêtez ces gamins et donner leurs des jouets ou même des consoles de jeux modernes au lieu de leur donner des entreprises au capital de 9 000 000 000 DZD

NB : LES RESPONSABLE TASSILI AIRLINES

• Informatique : Ghenim Riadh proche de Mme BELKAHLA ?
• Commerciale : Cherouati Adil No comment ;
• Exploitation : Boujemaa : Ancien steward après simple pilote Becchcraft 1900D (19 Places) Frère du DC de Naftal Aviation ??
• DRH P/I : Successeur de CHAMEKH viré de TAL pour mensonges et mauvaise gestion, Mr Aouzir s’est donner à cœur joie trois échelons lui et son ex DRH (4 échelons)…drôles de possibilité de ce servir
des caisses de TAL ;
• Sous Direction des moyens : Proche de Aouzir ;


C’est la fête au village.