Corruption à sonatrach

Publié le par sonatrach

Nouvelle corruption au niveau de la direction regionale de sonatrach, le nouveau directeur régional d'in Amenas dela wilaya d'illizi, nouvellement nomer est sous plainte du procurreur de la républic pour détournement de biens publics et trafic d'influance.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
SUITE DU COMMENTAIRE 10<br /> <br /> Il s'agit de : N°AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL<br /> OUVERT N°95/2012/LOG /HMD
Répondre
S
Qui pourra m'expliquer que veut dire ceci? :<br /> <br /> Il est recommandé aux soumissionnaires de s'assurer de la disponibilité des cahiers des charges, auprès de nos structures chargées de leur remise, avant d'effectuer le paiement à la banque.<br /> <br /> Baosem N°<br /> 918 du : 25-12-2012<br /> Référence<br /> 00918 150 00<br /> Type d'appel<br /> Avis d'appel d'offres<br /> Annonceur<br /> Sonatrach - Amont - Div Prod - Hassi Messaoud<br /> Catégorie<br /> 14-Services à l'entreprise et consulting<br /> <br /> Est ce que la sonatrach manque de papiers ou d'imprimantes ou de photocopieurs?<br /> Est ce que la sonatrach manque de réseaux pour l'envoyer par support informatique en cas d'indisponibilité de papier?<br /> Ou bien simplement la liste des copins est déja établie pour le concours et les inconnus ne doivent pas s'approcher à la chasse gardée?<br /> Yan3al bouha sonatrach , si ce n'est pas l'incompétence c'est la corruption....Tfou
Répondre
R
allh yarham waldikom dirent mois wache yakhdam debili rachid +++benhadda ++fathallah aziz+<br /> dans la G.E.M.OUD SAFSAF....wa merçi
Répondre
G
Se souvenir de moi ?<br /> Des responsables algériens complices du pillage du gaz en Tunisie<br /> Mots clés : algerie, Sonatrach, Tunisie, trafic, gazoduc, Italie, sabotage, Pillages<br /> Par Le Matin DZ | 21/07/2012 08:31:00 | 12605 lecture(s) | Réactions (6)<br /> Le ministère tunisien des Affaires étrangères a demandé à son homologue algérien des explications sur l’exportation de gaz algérien vers la Tunisie au profit de la Société tunisienne de<br /> l’électricité et du gaz, sans contrôle douanier.<br /> <br /> Des sources bien informées ont indiqué que la demande tunisienne est motivée par le fait que cette Société tunisienne d’électricité et de gaz est quasi-détenue par des proches de l’ancien président<br /> tunisien Zine el Abidine Ben Ali, notamment des proche de Leïla Trabelsi, son épouse. Ces derniers géraient la société et bénéficiaient de ses rentes. Pour traiter les retombées de la révolte<br /> populaire, les autorités tunisiennes actuelles n’ont pas trouvé mieux de déterrer une vieille corruption bien algérienne sur le gaz algérien vendu à l’Italie transitant par le territoire tunisien.<br /> En fait, le Transméditerranéen (Transmed) appelé aussi gazoduc "Enrico Mattei" est composé par deux gazoduc parallèles de diamètre 48’’ chacun qui relient l’Algérie à l’Italie via la Tunisie en<br /> passant par la Sicile. Une extension de ce gazoduc livre du gaz algérien à la Slovénie. Leur capacité de transport actuellement est de 30,2 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an, il est<br /> prévu d’étendre leur capacité à 33,5 milliards de m3 de gaz naturel par an d’ici fin 2012.<br /> La partie algérienne du tronçon du gazoduc est exploitée par Sonatrach TRC, la deuxième partie du tronçon transitant sur le territoire tunisien est la propriété de la Société tunisienne du gazoduc<br /> transtunisien (Sotugat) et elle est exploitée par Sergaz. Comme droits de passage, la Tunisie perçoit des redevances imputées sur la quantité de gaz transportée annuellement situées entre 5,25 à<br /> 6,75% de la valeur du gaz transporté. Grace au droit de passage, la facture tunisienne en énergie s’est sensiblement allégée.<br /> La construction du premier gazoduc nu de diamètre 48’’ en écoulement libre, c'est-à-dire sans stations de compression a démarré en 1978 et s’est terminée en 1983 et le rajout d’une deuxième ligne<br /> de même diamètre entre 1991-1994. Pour des raisons techniques d’exploitation, cet ouvrage dispose de plusieurs lignes de moindre diamètre en offshore. Grâce à cet important investissement que<br /> supporte seule l’Algérie et qui pèse lourdement sur le remboursement de la dette algérienne, l’Italie assure paisiblement son indépendance énergétique. L’Italie est devenue le premier client de<br /> l’Algérie en gaz naturel, elle importe près de 40% de ses besoins en gaz naturel à partir de l’Algérie.<br /> Du gaz exporté sans contrôle douanier<br /> Le nouveau régime islamiste en Tunisie voudrait mettre un terme au phénomène de la corruption dans lequel ont été impliqués des proches de l’ancien régime tunisien et la Sonatrach visant<br /> indirectement les douanes algériennes. Les autorités tunisiennes n’excluent pas certaines complicités en Algérie qui auraient pu faciliter l’exportation du gaz algérien vers la Tunisie sans<br /> contrôle douanier. Un rapport tunisien établi récemment par des enquêteurs au Centre de pompage d’El Borma a révélé que d’importantes quantités de gaz naturel sont exportées quotidiennement vers la<br /> Tunisie sans le contrôle des services douaniers algériens comme le stipule les articles 165 et 172 du Code des douanes. Ces articles exigent un contrôle douanier permanent pour contrôler les<br /> exportations des divers produits miniers vers l’étranger. Selon le même rapport, la Direction régionale des douanes de Hassi Messaoud n’a pas respecté les mesures de contrôle stipulées par ces deux<br /> articles de loi lors des opérations d’exportation du gaz naturel vers la Tunisie, et ce depuis le mois de novembre dernier. Selon le même document, entre 21 000 et 26 000 m3 de gaz naturel sont<br /> exportés quotidiennement vers la Tunisie sans contrôle douanier depuis le mois de novembre dernier 2011.<br /> Cette affaire de trafic de gaz ne date pas d’aujourd’hui, elle est connue et classée par les autorités algériennes, par risque de mettre en cause certains gros bonnets de la nomenklatura<br /> polico-économique qui gère l’économie de notre pays. Cette affaire de pillage de gaz algérien a démarré en 1978, après la mise en service du gazoduc Enrico Mattei. Des milliards de dollars<br /> peut-être ont été détournés avec la complicité des responsables de Sonatrach Transport par Canalisation l’Engineering d’une manière très intelligente. Une mafia d’hommes d’affaires algériens,<br /> tunisiens et italiens règne sur tout le parcours de cet ouvrage juteux qui traverse trois pays les plus corrompus du bassin méditerranéen. Pour étouffer les échecs économiques, l’autorité islamiste<br /> tunisienne cherche à renvoyer la balle sur le voisin algérien, impliquant directement les Douanes algériennes qui n’ont absolument rien à avoir dans cette affaire algéro-algérienne prise en charge<br /> par les autorités algériennes depuis 1978.<br /> Mettant notre horloge à l’heure : la tâche de contrôle des Douanes algériennes se limite dans notre cas qu’à la lecture, au relevé du volume du gaz en aval des rampes de comptage et à sa<br /> communication au financier chargé d’établir la facturation du volume du gaz vendu aux clients de Sonatrach. Quant à l’entretien, la gestion et la maintenance des équipements, ceux-là relèvent de la<br /> compétence des services de Sonatrach TRC, et s’il y a un vis de forme, comme notre cas, ils en sont responsables.<br /> Youcefi et Zerguine au courant<br /> Il s'avère maintenant que l’affaire du trafic de gaz au terminal arrivée d’Oued Saf Saf, ne date pas d’aujourd’hui, des quantités beaucoup plus importantes que celle que rapportent les Tunisiens<br /> dans leur rapport ont été livrés frauduleusement et d’une manière intelligente de tripotage. Ce trafic nous a été signalé dès les débuts de mise en service de cet ouvrage, et les hauts responsables<br /> de Sonatrach de l’époque ont vite réagit en désignant une commission d’enquête et à sa tète l’actuel ministre de l’Energie Youcef Youcefi. Je faisais moi-même partie de cette commission d’enquête<br /> dénommée comme par hasard "comité 48’’" chargée de résoudre un problème technique de comptage sans rentrer dans les détails de la mise en cause des personnes derrière ce délit ainsi que son mobile.<br /> L’astuce de détournement du gaz en grande quantité que nous avions découvert était très simple : les rampes de comptage qui ne répondaient plus aux normes API, n’étant pas calorifugées, elles<br /> demeuraient sous l’influence de la variation de la température extérieure. Les grands écarts de température influent directement sur la variation de la pression interne du gaz qui modifiera à son<br /> tour le débit du gaz transitant par le disque standard de calcul, incéré à l’intérieur des rampes, au nombre de deux ou plus. C’est de cette manière qu’on est arrivé à détourner de grande quantité<br /> de gaz, sans que l’on sache qui est responsable de cette arnaque. Les services techniques de Sonatrach auraient peut-être pu s’apercevoir que la batterie de rampes réception n’était pas calorifugée<br /> conformément aux normes API et auraient dû signaler cette anomalie dans les réserves du procès verbal de réception provisoire.<br /> Les résultats de l’enquête du comité 48‘’ ne sont pas encore connus, tout ce qu’on sait sur cette affaire de "vol du gaz algérien", c’est qu’un ami ex-haut responsable de Sonatrach chargé de la<br /> construction des ouvrages de transport par canalisation, a été trouvé mort dans son bureau après avoir pris une tasse de café ! Seuls l’actuel ministre de l’Energie et des Mines Youcef Youcefi et<br /> son co-équipier Abdelhamid Zerguine, Président Directeur Général en exercice de Sonatrach ex-vice-président du Transport par Canalisation, détiennent l’historique de l’affaire et seront en mesure<br /> de fournir des informations complémentaires à la cour des comptes.<br /> Menace sur l’approvisionnement de l’Italie en gaz naturel algérien<br /> L’Algérie exporte la moitié de son gaz de vente vers l’Italie, soit environ 30,2 milliards de m3 /an qui transitent par la Tunisie. Le chaos et l’insécurité qui règnent dans ce pays islamiste après<br /> la chute du président Zine El Abidine Bénali risque de porter des coups sévères à la continuité des approvisionnements italiens en gaz algérien et un coup fatal pour l’économie nationale par<br /> l’imputation de 50% de notre production gazière. Voilà ce que rapporte la presse d’information tunisienne (TAP). Une tentative de sabotage en territoire tunisien du gazoduc reliant l’Algérie à<br /> l’Italie via la Tunisie a échoué, selon des informations en provenance de Tunisie. L’information a été répercutée cette semaine par l’agence officielle tunisienne, Tunis Afrique presse (TAP). Selon<br /> des sources concordantes, les exportations de gaz naturel algérien vers l’Italie n’ont subi aucun changement après cette tentative de sabotage. "On achemine normalement le gaz à notre niveau et<br /> selon nos informations, même les stations en Tunisie fonctionnement normalement", nous a déclaré une source du secteur de l’énergie après la publication d’informations relatives à un acte de<br /> sabotage en territoire tunisien sur le gazoduc qui relie l’Algérie à l’Italie via la Tunisie.<br /> Selon l’agence officielle TAP, "deux déflagrations, causées par des engins explosifs au niveau du gazoduc transtunisien reliant l�
Répondre
M
PRÉS-AVIS de gréve le 24 et 25 oct 2012<br /> <br /> <br /> Nous insurgés de SH DP Rhourd-Nouss en grève de fin à compté du Lundi 24 Septembre 2012 pour un mois et cela comme prés-avis de grève de deux jours le 24 et 25 Octobre 2012 et demandent à toutes<br /> les Régions du Sud et tout les travailleurs de la SONATRACH du pays qu'ils fassent comme nous et cela pour les raisons suivantes: IAG/IEP et son rappel; IZCV 20% 2011 + 20% 2012 = 40% 25% rappel SB<br /> depuis 2008 etc etc etc..... nos droits sont très bafouées.
Répondre