UNE SAUVAGE ASSEMBLEE GENERALE GERE LA MIP

Publié le par sonatrach

Comme convenu, nous vous présentons une logique analyse contredisant le contenu du procès verbal référencé N° 67/08 de la sauvage Assemblée Générale de la mutuelle de l’industrie du pétrole tenue le 15 Juin 2008 au complexe les Pins d’or à Ain Turck-Oran, une AG composée de faux élus, car leur mandat statutaire est arrivé à terme le 19 Mai 2008 (Document de 7 pages ci-dessous inséré)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la fin de la lecture du dit document, premièrement nous constatons que le commissaire aux comptes Monsieur KAHOUADJI Zahir, un garde fou pour la protection de l’utilisation correcte des lois, marche dans le sens irresponsable du faux président de la MIP, alias HAZBALALOUI Aderezak, et accepte de valider une situation comptable de comptes sociaux faite par des usurpateurs de qualité, car ni HAZBELALOUI ni ses pairs, ni le dit commissaire aux comptes n’ont le droit de décider même pas pour un sou au sein de la MIP dont le mandat est arrivé à terme.

 

L’ingérence de l’hydre à sept têtes, le Zandjabil syndical, alias BENAZOUZ Mohamed durant les travaux de cette AG sauvage MIP est criarde à travers son exhortation de l’assistance à l’effet de lancer une étude de projection à long terme du régime complémentaire de retraite –RCR alors que la MIP est sensée être souveraine, aussi sa reconnaissance publique de réunion du Secrétariat fédéral de la FNTPGC avec les membres du Bureau exécutif de la MIP ce qui prouve irréfutablement l’ingérence du syndicat UGTA dans la gestion des organes sociaux de la mutuelle.

 

Egalement, Zandjabil et ses compères acceptent eux aussi que la gestion de la mutuelle continue au-delà du mandat statutaire.

 

Le faux président de la MIP avoue lui aussi en public que les statuts de la mutuelle ne sont pas adaptés à la réglementation en vigueur, donc en d’autres termes, il reconnaît qu’il gère la MIP en hors la loi en présence des responsables de l’UGTA … !

 

ANALYSE SUR D’ILLEGALES RESOLUTIONS ADOPTEES :

 

1) La première résolution n’a aucune valeur juridique du moment qu’elle est adoptée au-delà du mandat statutaire.

 

2) La deuxième résolution concernant la revalorisation des prestations MIP, envoie directement les 113 faux délégués qui l’ont adoptée de manière diabolique à la condamnation ferme sur tous les plans. Ou sont passés les mécanismes d’audit internes et publics pour arrêter ce massacre ? Pourquoi les pouvoirs publics ne réagissent pas ?

 

3) La troisième résolution révèle que lesdits faux délégués mutualistes réunis en AG sauvage reconnaissent eux aussi que les statuts de la mutuelle ne sont pas adaptés à la réglementation en vigueur, alors sur quels statuts était gérée leur MIP ? Nous savons tous maintenant que bien avant que ces messieurs avouent leur piétinement des statuts des secteurs entiers ont été intégrés à la MIP tel que celui des Mines en Avril 2007.

 

4) La quatrième résolution nous montre que l’éternel président de la MIP (depuis 1984) veuille toujours à introduire cette résolution le mandant à désigner un commissaire aux comptes et de fixer sa rémunération qu’il ne fait pas ressortir distinctement dans tous les bilans établis afin de traiter à l’aiiiiiiiiise avec ledit commissaire, alors que c’est une des prérogatives d’une assemblée générale légalement élue, nous précisons par le contenu de l’article 39 des statuts MIP qui dit que l’AG désigne un commissaire aux comptes et fixe sa rémunération. Donc ELFAHEM YAFHEM … !

 

5) La cinquième résolution qui parle d’une partie des biens immobiliers de la MIP dont les prix d’acquisition défient la raison, lesdits biens feront l’objet d’un article explosif dans peu de temps (documents à l’appui)

 

6) La sixième résolution qui parle des placements opérés par HAZBELALOUI et ses proches collaborateurs dans le cadre de l’emprunt obligataire de SONELGAZ, ne repose sur aucune force ou valeur procédurale acceptable.

 

7) La septième résolution nous montre une AG sauvage demandant aux sauvages organes de la MIP depuis le 20 Mai 2008, de continuer d’activer en violant toutes les lois relatives à la mutualité dans notre pays. Le plus grave est que ladite AG demande au sauvage C/A de commencer à préparer le renouvellement des organes de gestion de la MIP qui devaient être normalement renouvelés le 20 Mai 2008, Ou est l’application de la loi sur la mutualité dans le secteur pétrolier ya si CHAKIB, ya si MEZIANE et ya si LOUH ??

 

(Prochainement : l’analyse du PV du sauvage conseil d’administration de la MIP, réunion tenue le 29/10/2008 dans son siége régional- SKIKDA, beaucoup de surprises…)

 

Pour votre information, il y a eu le renouvellement sauvage des organes de gestion de la MIP récemment, le 29 Juin 2009 à Annaba, nous y reviendrons plus tard sur les grandes dilapidations des faux élus dans les palaces de 5 étoiles.

 

Commenter cet article

Labraoui Mohamed 14/02/2013 14:37

Nous sommes tous responsables des abus et dysfonctionnements de la MIP.Il ne suffit pas de dénoncer ces aberrations; il faut agir légalement pour que les auteurs de ces dérives et leurs complices
soient sanctionnés par la justice. Pour cela, les adhérents devraient créer une association des mutualistes de l'Industrie du Pétrole pour veiller sur la bonne gestion de cette institution,
dénoncer le laxisme des autorités de tutelle et demander des comptes aux éventuels délinquants qui se cachent derrière la bureaucratie. Ce fléau menace gravement les intérêts des retraités.Je me
porte volontaire pour contribuer à la création de ce projet de création d'une association qui sera chargée de surveiller la gestion de la MIP et engager le cas échéant toutes les procédures légales
prévues par la loi contre d'éventuels délinquants.