Port Pétrolier de Bejaia - Une Catastrophe évitée de justesse

Publié le par sonatrach

Le 4 avril 2009

Une catastrophe a été évitée de justesse, hier matin, au port pétrolier de Béjaïa. Un incendie s'est déclaré dans une cuve de bitume en phase de nettoyage pour servir de réservoir de gasoil.


L'usage d'un combustible pour fondre la couche de goudron qui, avec le temps, a trop durci, a donné naissance à un feu vite maîtrisé par les éléments de la Protection civile de Béjaïa, dont les opérations de simulation ont fini par trouver un terrain d'application. En moins d'une demi-heure le feu a été maîtrisé et la cuve refroidie, avons-nous constaté hier.

Une équipe est cependant maintenue sur place pour surveiller l'évolution de la situation. Aucun blessé n'a été fort heureusement dénombré au cours de ce que l'on peut considérer finalement comme un incident mineur.

Un incident, qui aurait pu, cependant, être catastrophique dans ce lieu d'empotage de Naftal.

Commenter cet article

belakhder smain 06/04/2011 16:35


Les agents en travail posté de Sonatrach observent un sit-in à bejaia. Les travailleurs de travail posté ont observé hier un sit-in devant le siège de l'activité aval de Sonatrach à bejaia.
Ce mouvement fait suite à plusieurs actions et débrayages qu'ont connus les différentes entreprises de la zone sud activité amont relevant de la DP Sonatrach. Ces derniers, dans une déclaration lue
à l'issue d'une rencontre des délégués avec les responsables de l'entreprise, disent être désorientés par la confusion créée par le contenu du bulletin interne, à savoir l'info express n°6 du 29
mars portant sur les négociations entamées par la tutelle avec les représentants des travailleurs.
«La réunion tenue le 4 mars à l'issue d'un sit-in avait porté notamment sur des revendications sociales et salariales. Le président-directeur général de la sonatrach s'était engagé à revaloriser
certaines indemnités, à l'instar de l'indemnité du travail posté, de nuisance, de nourriture et autres.
Malheureusement, rien n'a été concrétisé», selon la déclaration des travailleurs. Les protestataires déplorent le report des négociations sur la revalorisation de l'indemnité de panier pour les
personnels assurant le travail posté et qui reste «en deçà du seuil perçu par les employés de la direction du siège de l'activité aval».
La plateforme de revendications remise aux responsables du groupe comporte notamment l'indexation des indemnités sur le salaire de base à partir du 1er juillet 2008, la revalorisation de
l'indemnité du salaire unique et celle du panier qui doit être fixée à partir d'un seuil qui prend en considération les fluctuations du pouvoir d'achat. Cette plateforme sera transmise par le
délégué de l'activité aval aux responsables de l'entreprise qui tiendront aujourd'hui un conseil d'administration.
«Nous exigeons que nos revendications soient retenues dans l'ordre du jour du conseil d'administration. Nous exigeons des réponses claires, faute de quoi nous serons contraints de recourir à un
mouvement de grève générale», lit-on dans cette déclaration.
Les travailleurs rencontrés sur les lieux considèrent que la direction de l'entreprise n'a pas tenu ses engagements.
C'est une volte-face de la direction et nous sommes contraints à rester mobilisés pour faire aboutir nos droits», ont indiqué des délégués rencontrés sur l'esplanade du siège de l'activité aval.
Par ailleurs, des travailleurs du terminal arrivée sonatrach bejaia ont tenu, par leur présence, à exprimer, d'une part, leur solidarité avec leurs collègues assurant le travail posté et indemnité
et autre revendication de la zone aval et amont, et d'autre part, le soutien absolu.


boubekeur 06/04/2011 16:33


Les agents en travail posté de Sonatrach observent un sit-in à bejaia. Les travailleurs de travail posté ont observé hier un sit-in devant le siège de l'activité aval de Sonatrach à bejaia.
Ce mouvement fait suite à plusieurs actions et débrayages qu'ont connus les différentes entreprises de la zone sud activité amont relevant de la DP Sonatrach. Ces derniers, dans une déclaration lue
à l'issue d'une rencontre des délégués avec les responsables de l'entreprise, disent être désorientés par la confusion créée par le contenu du bulletin interne, à savoir l'info express n°6 du 29
mars portant sur les négociations entamées par la tutelle avec les représentants des travailleurs.
«La réunion tenue le 4 mars à l'issue d'un sit-in avait porté notamment sur des revendications sociales et salariales. Le président-directeur général de la sonatrach s'était engagé à revaloriser
certaines indemnités, à l'instar de l'indemnité du travail posté, de nuisance, de nourriture et autres.
Malheureusement, rien n'a été concrétisé», selon la déclaration des travailleurs. Les protestataires déplorent le report des négociations sur la revalorisation de l'indemnité de panier pour les
personnels assurant le travail posté et qui reste «en deçà du seuil perçu par les employés de la direction du siège de l'activité aval».
La plateforme de revendications remise aux responsables du groupe comporte notamment l'indexation des indemnités sur le salaire de base à partir du 1er juillet 2008, la revalorisation de
l'indemnité du salaire unique et celle du panier qui doit être fixée à partir d'un seuil qui prend en considération les fluctuations du pouvoir d'achat. Cette plateforme sera transmise par le
délégué de l'activité aval aux responsables de l'entreprise qui tiendront aujourd'hui un conseil d'administration.
«Nous exigeons que nos revendications soient retenues dans l'ordre du jour du conseil d'administration. Nous exigeons des réponses claires, faute de quoi nous serons contraints de recourir à un
mouvement de grève générale», lit-on dans cette déclaration.
Les travailleurs rencontrés sur les lieux considèrent que la direction de l'entreprise n'a pas tenu ses engagements.
C'est une volte-face de la direction et nous sommes contraints à rester mobilisés pour faire aboutir nos droits», ont indiqué des délégués rencontrés sur l'esplanade du siège de l'activité aval.
Par ailleurs, des travailleurs du terminal arrivée sonatrach bejaia ont tenu, par leur présence, à exprimer, d'une part, leur solidarité avec leurs collègues assurant le travail posté et indemnité
et autre revendication de la zone aval et amont, et d'autre part, le soutien absolu.