NOUVEAU SYSTEME DE REMUNERATION

Publié le par sonatrach

Un nouveau système de rémunération conçu et imposé à Sonatrach sans la participation des travailleurs :


Le Top management du Groupe Sonatrach aidé par le syndicat maison régnant depuis belle lurette sur le mouvement syndical à Sonatrach, s'est engagé concrètement à travers le nouveau système de rémunération conçu uniquement pour l'entreprise Sonatrach -Société mère du dit Groupe (environ 40 000 travailleurs y compris les contractuels) dans une initiative de modernisation et dans un contexte concurrentiel international ou l'entreprise doit faire face aux exigences de productivité, de compétitivité et de flexibilité.


Ce projet considéré par ses concepteurs comme stratégique, structurant et porteur de beaucoup de progrès tant au niveau individuel que collectif permettra d'après eux de valoriser les compétences et de reconnaître les performances, mais le grand problème dans tout çà c'est que la conception du projet s'est faite du début à la fin sans la participation des travailleurs.


Ces derniers ont commencé à se révolter au Sud depuis juin 2008 contre ce nouveau système salarial instauré à leur insu bien avant son application effective sur la paie de juillet 2008, car après une multitude de protestations écrites envoyées tout azimut aux instances syndicales et institutions de l'Etat, après l'observation par les travailleurs de marches répétitives de protestation organisées dans sur les lieux de travail qui ont étaient soutenus par une partie des travailleurs Sonatrach du Nord, après des grèves de la faim et de travail temporairement déclenchées par une révolte prolétaire qui ne dit pas son nom, la perturbation du climat sociale est générale. L'abcès de fixation : C'est que les travailleurs dénoncent la direction générale et le syndicat national Sonatrach dont ils ne font pas parti, mais maintenant qui pourra les arrêter ces hors la loi ???????


La mise en œuvre de ce projet lancé dans le cadre de l'amélioration des performances de Sonatrach, attribué à IBM TOWERS PERRIN au début de l'année 2004 pour un montant faramineux (Le coût complet est revenu à 20 Millions de Dollars d'après une récente édition du journal El Khabar), a commencer effectivement par une première convention des cadres le 28 mars 2004 pour la présentation du projet par les représentants d'IBM Business Consulting et ce, en présence du pseudo partenaire social (Syndicat National Sonatrach de BENAZOUZ Mohamed et consorts), les travaux du projet rémunération furent prévues en quatre phases avant sa mise en œuvre et devaient se dérouler sur une période de 18 mois, ou le partenaire social est considéré membre permanent du comité de pilotage du projet dont l'application est survenue avec un retard de 30 mois par un défaillant top management Sonatrach, une fausse fierté de renommée mondiale, mise à nue au grand jour.


Le faux partenaire social (uniquement BENAZOUZ Mohamed & LAMOURI Abdelkrim) a joué un rôle fondamental dans le projet, car associé à l'ensemble des travaux d'études et réalisation, il s'est prononcé tout le long du processus d'élaboration sur les propositions phares concernant la prime d'intéressement, la nouvelle classification de l'emploi, et le nouveau dispositif de salaire de base en informant épisodiquement les syndicalistes gravitant dans la sphère du bureau Syndical du syndicat national Sonatrach, sans informer les travailleurs a travers la tenue d'assemblées générales d'explication du projet de rémunération.


En réalité sur le plan de la gestion du projet, les grands absents ont été les travailleurs car représentés fictivement, la direction générale de Sonatrach travaillait avec un groupe de syndicalistes non représentatifs pour des raisons très connues de rente avide et d'indus privilèges qu'on leur attribué (Promotions fulgurantes, bénéfice de logements à répétition, facilités de recrutement pour leurs parents et leurs amis(es), détachements, véhicule de service, téléphone portable et fixe (des factures téléphoniques vertigineuses payées par Sonatrach, bénéfice des fois sans payement des prestations œuvres sociales, Omra, Hammam, complexe, voyages organisés, frais de mission démesurés sans justificatifs, etc....)

Dans la conception du projet rémunération il y avait un manque flagrant de communication envers les travailleurs et une participation défaillante d'un duo partenaire social nouvelle formule (BENAZOUZ & LAMOURI) deux incultes - l'un est ex agent administratif dactylographe et le second maitre d'école d'alphabétisation des années 70 et qui se trouvent maintenant des cadres supérieurs à Sonatrach - deux simples opportunistes propulsés à la vitesse MACH 3, imposés de force aux travailleurs car soutenus par la direction Sonatrach !!?


La culture d'entreprise au sein du Groupe Sonatrach est à deux vitesses, d'un coté les tops managers ancrés dans une culture d'entreprise fiction, ne cessent d'embellir la vitrine de l'entreprise Sonatrach par le biais de dépenses excessives dans des regroupements et conférences des cadres des Ressources Humaines de niveau mondial dans des Hôtels cinq étoiles en Algérie et pour certains cadres à l'étranger, vantant et criant la réussite de conception du projet et de sa mise en œuvre éminente (voir les couteuses revues Sonatrach éditées à cet effet disponible sur le site internet de l'entreprise, et d'un autre coté les travailleurs sont toujours ancrés dans la culture d'entreprise du Statut Général Travailleurs (SGT) et ne connaissent même pas encore, le contenu de la convention collective et du règlement intérieur d'entreprise de Sonatrach qui datent respectivement de 1994 et 1992.


Donc, le projet a été fait par la Direction de Sonatrach sans les travailleurs, mais avec un FAUX partenaire social imposé, pourtant dans le projet, le partenaire social est qualifié de membre permanent du comité de pilotage du projet du nouveau système de rémunération et ayant participé à toutes les phases d'élaboration (Les seuls participants BENAZOUZ et LAMOURI)


Commenter cet article